Musicien du Métro - Le Blog de SuperTonin

samedi 1 septembre 2007

Introduction : Pourquoi ce blog....

Le Blog des aventures de SuperTonin,
musicien dans le métro...

 

     Informaticien au ministère de l'équipement depuis plus de 10 ans (récemment rebaptisé "du développement durable"), je décide au mois d'Avril dernier de prendre une année sabbatique pour pratiquer intensément la musique en vue d'y trouver, si c'est possible, un avenir professionnel.

      Depuis le 1er septembre 2007, je suis donc en disponibilité, sorte de congé sans solde dans la fonction publique, et j'explore toutes les pistes qui me permettront de jouer tout en étant rémunéré, avec, comme produit de base, mon répertoire de chansons de Bossa Nova brésiliennes.

      La première idée était d'obtenir l'autorisation de jouer dans le métro qui devait me permettre de peaufiner mon répertoire, tester son impact sur le public, mais aussi et surtout, de me "donner un prix", une sorte de salaire horaire minimum au dessous duquel aucune autre prestation ne saurait descendre.

      Dans un deuxième temps, démarcher les cafés/bars/restaurants susceptibles d'accueillir ce type d'animation, à la fois douce et rythmée, idéale pour toutes vos réceptions et cocktails raffinés :-)

      Ce blog abordera donc principalement l'aspect financier du projet, défi majeur et tristement indispensable, puisque si ça ne paye pas, retour à la case départ, c'est à dire, au 20ème étage de la Tour Pascal B dans le quartier d'affaires de Paris La défense, au milieu des ordinateurs et de la routine administrative parce que, bah oui, faut bien manger !!

Posté par supertonin à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


lundi 15 octobre 2007

Jour 0 : Passage de l’audition du métro

Pour avoir le privilège de jouer dans le métro, il faut montrer patte blanche et passer une audition...
   C'est pas la nouvelle star, mais pas loin ! Armé de sa caméra, Antoine NASO, le directeur artistique de l'Espace Métro Accords (01.58.77.40.74) veille au grain, et assure deux fois par an, une sélection aussi pointue qu'éclectique.
   Bien préparé car encore affecté par l'échec cuisant de mon premier passage 6 mois plus tôt, je me présente cette fois avec humilité et matériel au complet : guitare, ampli, micro… j'exécute une assez bonne prestation, l'homme garde un air neutre, mais semble intéressé à la fin de mon morceau, pose quelques questions, me demande si j'ai du temps pour jouer dans la journée… c'est bon signe !

(Photo http://www.linternaute.com)

Réponse "début de semaine prochaine"

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 25 octobre 2007

Résultat des analyses : je suis métro-positif !!!!

Je regarde fébrilement l'enveloppe à en-tête RATP qui vient d'arriver dans ma boite... l'adresse est manuscrite... plutôt bon signe...

J'ouvre et ... OUIIIIIIIIIIIIIIIIII !!! C'est bon !!
"Suite à votre prestation ... blablabla ... nous avons le plaisir de vous informer ... blablabla ... merci de vous présenter à l'Espace Métro Accords pour retirer votre badge..."

Voilà c'est fait, mon nouveau statut est validé, je suis musicien professionnel !!!

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 7 novembre 2007

Jour 1 : Supertonin dans le métro

Après une semaine au vert, c'est parti pour l'aventure !

  Première descente dans le métro avec matos sous le bras ; tout est prêt, le badge d'accréditation bien sûr, puis la guitare, l'ampli, le pied de micro, les câbles, la chaise pliante... et seulement 1h30 devant moi.
  Je décide donc de faire le premier test dans la station la plus proche de chez moi : Olympiades ligne 14. Je m'installe avec émotion dans un coin en vue tout en regardant passer les gens qui ne semblent même pas me voir.

  Au bout de 20 minutes, alors que la caisse ne laisse rien apparaître d'autre que les 3 pièces que j'y avais stratégiquement disposées pour "amorcer la pompe", arrive un couple de contrôleurs qui me signale gentiment qu'il est interdit de jouer dans les stations de la ligne 14 ! Arg... mauvaise nouvelle, je ne pourrai donc pas jouer sur MA ligne... au final, je me retrouve à place d'Italie et j'encaisse en une demi heure et 4/5 dons, la fabuleuse somme de .... 2€ !

  Bon, c'est pas encore ça... pas grave, c'était quand même génial ce qui s'est passé en 1/2 heure ! Des mendiants roumains qui me laissent des pièces, le mec bourré qui bloque pendant 2 chansons, les enfants qui passent en sautillant !

  Plus heureux que déçu, je décide donc de réfléchir à l'optimisation financière de mon temps passé dans les sous sols.

à suivre...

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 9 novembre 2007

Jour 2 : Là, c’est pour de vrai

  Je décide cette fois de trouver un emplacement plus adapté que le précédent. Ce sera "Palais royal", au croisement de la ligne 7 et de la ligne 1. J'y trouve de la place pour jouer, et surtout un flot quasi-continu ; les gens défilent à vitesse grand V , mais bon, c'est le cas partout puisqu'il est interdit de jouer dans les trains ou sur les quais.

  1h15 plus tard, le décompte tombe : 32 euros ! Pas mal ! Bon le résultat est un peu faussé car un duo de cinquantenaires apprêtées m'a laissé ... un billet de 20€ !!

  J'en déduis que la bossa devrait plaire aux quartiers chics et touristiques...

  Sur le chemin du retour, je savoure l'impressionnante augmentation de mon taux horaire tout en repassant les problèmes rencontrés : pas de carte de visite (on m'en a demandé), léger courant d'air et pas de toilettes !

  Problème : quand on chante, on a besoin de boire et... impossible de laisser le matériel sur place. Il faudra donc prévoir de boire peu, et de s'habiller chaudement.

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 13 novembre 2007

Jour 3 : Allez, au boulot !

Tirant les leçons des 2 expériences précédentes, j'optimise cette fois avec : une jolie coupelle couverte d'un tissu vichy, un mini tabouret pliant high-tech léger et facile à transporter (merci ClassicVal !), une affichette avec mon e-mail, et 2/3 heures devant moi.

  Après quelques hésitations, je retourne vers Palais-Royal, pensant en tant qu'ex-donneur, qu'il devait être intéressant de fidéliser la clientelle.

   J'arrête de jouer au bout de 2h15 quasi-non-stop, les doigts usés et la bouche sèche, même si c'est surtout le manque de public qui me fait réellement plier bagage. Verdict : 27 €
  Entre 19h et 20h, mauvaise heure, mais là encore le résultat est faussé par un événement qui est devenu une préoccupation majeure : avant, les grèves c'était "cool, je vais pas au boulot" ; aujourd'hui, c'est "comment je vais faire pour bosser !?". Dure réalité des travailleurs indépendants dont je fais maintenant partie, de même que la peur de se casser une jambe, un poignet, un doigt...:-((

  Bon, le taux horaire reste proche de la descente dernière (je ne compte pas le billet de 20), je pense donc que je vais continuer de viser le créneau 17h/19h30 à Palais-Royal, puisque pour l'instant, les conditions globales ne sont pas trop mauvaises, et que j'y accède en une demi-heure.

  Demain, Mercredi 14 Novembre, grève quasi-totale, seule la ligne 14, automatique, va fonctionner mais je n'ai pas le droit d'y jouer !!!

Faudrait pas que ça s'éternise....

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 19 novembre 2007

Bientôt une semaine de grève ...

Super... et moi je fais quoi ?

  Bientôt une semaine de congés forcés, ça commence à être vraiment pesant ! A peine commencée, mon activité reste au point mort.

  En plus, Philippe LeGall vient d'annuler le concert que nous devions jouer le Jeudi 22/11, la mort dans l'âme, et après 150 coups de fil entre tous les membres du groupe : impossible  de se retrouver pour répéter, difficile de déplacer le matos, même pas sûr de pouvoir jouer jeudi, même pas sûr que le public puisse venir... les boules quoi !

  Pas évident avec tout ça, de rester compréhensif à l'égard de ceux qui prétendent défendre les autres contre leur gré... pourquoi ne pas plutôt faire marcher les trains sans faire payer les voyageurs ? Au moins, les bonnes personnes (les dirigeants) seraient -un peu- touchées ?

  Vaste débat, mais une chose est sûre, la salariés des transports ont vraiment un privilège : celui de pouvoir bloquer les autres quand ils font grève ! Parce que les autres, quand ils font grève, tout le monde s'en fout, et ça quand même, c'est un peu injuste.

  Vaste débat donc... mieux vaut arrêter là les propos de comptoir, ce sont les nerfs qui parlent...

Posté par supertonin à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 22 novembre 2007

Jour 4 : L’art de perdre son temps

  Bloqué depuis plus d'une semaine, j'étais impatient, comme tout les franciliens, de voir arriver LA fameuse reprise.
  Elle était annoncée "probable", mais j'y croyais dur comme fer, et me préparais à reprendre du service... confirmation vers 14h00 : ça roule, mal, mais y'a des métros et plein de gens dedans, il devrait donc aussi y en avoir dans les couloirs !

  Je m'installe vers 17h et constate que le passage se fait plus rare que prévu... j'insiste, mais au bout de 1h30, trois personnes seulement ont pris le temps de laisser quelques pièces dans ma coupelle.
Je plie bagage, dégouté et frigorifié, la recette est mince : 3€50

  Les voyageurs courageux, encore plus pressés que d'habitude, avaient visiblement d'autres soucis en tête que de s'intéresser au bruit de fond musical qui semblait même parfois les agacer. Logique, ils venaient de passer une semaine dans les quelques boites de sardines mises en circulation, et la soi-disant reprise d'aujourd'hui était loin d'être visible sur le terrain.

  Guitare sur le dos, sac en bandoulière et pied de micro à la main, je rejoins St-Lazare mais là, incident technique sur la ligne 14 (la seule qui fonctionnait correctement) et voilà que je galère moi aussi pour rentrer à la maison !
ok, c'est vraiment pas le bon jour !

Conclusion : Le retour de grèves, j'ai essayé, on ne m'y reprendra plus.

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 27 novembre 2007

Jour 5 : Au secours, laissez moi jouer !!!

Station Palais-royal, je continue sur mon choix afin d'y explorer pleinement les avantages et les inconvénients, cette fois avec la décision d'y rester 3h. Bilan : 18€ et 3,50 Reals... Arg !

  Bon, c'est un peu maigre, mais il y a des raisons : cette fois je me suis fait "squatter" au moins une heure. D'abord, le jeune accordéoniste roumain qui tient absolument à partager un moment musical ; il finit même par m'emprunter ma guitare pour me montrer comment il arrive (pas du tout) à enchainer 2 accords... sympa, mais un peu lourd car, bien évidemment, pendant 20 minutes, aucune pièce ne tombe !

  Une demi-heure plus tard, c'est une poignée de cinquantenaires brésiliens qui font le cercle autour de moi et reprennent les chansons en coeur. Génial, mais pas très rentable puisque pendant près de 30 minutes, les passants ne me voient même plus ! Malgré ça, le happening promotionnel est énorme, et leurs sourires ensoleillés resteront gravés dans ma mémoire... en plus des 2€ et des pièces brésiliennes (les fameux 3,50 Reals = 1,43€) qu'ils laissèrent poliment, et qui feront de superbes porte-bonheurs.

  Un peu plus tard, c'est au tour d'une dame âgée, très gentille et un peu clocharde, qui me tape la discut' pour me parler d'un duo de musiciens du métro qu'elle adore... super ! C'est d'ailleurs un problème bien connu des musiciens : certaines personnes n'hésitent pas à poser des questions alors même que l'on est en pleine chanson, parfois concentré, au moins occupé.

  Conclusion, si vous venez me voir, merci de rester à quelques mètres et d'attendre que je m'arrête...

  La journée finit quand même bien, alors que j'allais sur ma dernière chanson, un jeune homme au look d'artiste, saxo et ampli posés sur un caddie, reste un peu pour m'écouter. Je termine et nous discutons un peu : il est anglais, joue dans la rue, et préfèrerait avoir la chance de jouer au chaud, mais il a déjà essayé : sans accréditation, c'est 45€ d'amende ! Échange d'e-mails et promesse de se retrouver pour jouer ensemble, en tous cas, le contact est bien passé, et j'espère bien le retrouver dans les prochains jours.

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 28 novembre 2007

Jour 6 : La cour des grands

Le relatif échec commercial de la veille m'incite à aller tenter ma chance dans d'autres lieux. En fait, le temps perdu à écouter la dame d'hier ne l'a pas été complètement : j'en avais profité pour lui demander l'emplacement de ses 2 amis musiciens et leurs horaires. "Uniquement les vendredi et samedi" ? Parfait pour moi.

  Ce sera donc le méga-échangeur Châtelet les halles, la fourmilière, temple de la manche et des musiciens souterrains. Arrivé sur le lieu dicté, je constate rapidement les premiers avantages de ce croisement de couloirs : beaucoup de passage et de la place pour jouer. Malheureusement, et comme ce sera certainement le cas partout, qui dit bonne place dit que je ne suis pas le seul : plusieurs dizaines de mètres déjà avant d'être sur place, je devinais la présence bruyante de musiciens en activité. Ils sont 7, guitaristes, chanteurs, percussionnistes, et semblent dérouler leur musique péruvienne, à grand coup de flute de pan, depuis de nombreuses années. Grand seigneur, je leur propose donc mentalement de leur laisser la place puisque je suis nouveau et, qu'après tout, ils étaient arrivés avant :-). Pas grave, Châtelet c'est grand, je trouverai autre chose !

  Après avoir enjambé un éclopé malheureux et une flûtiste déprimante en pleine interprétation de "vive le vent d'hiver",je trouve un endroit qui semble intéressant : flux de passants continu, un peu de place pas trop près des poubelles, et l'éventuel effet "brassage de petite monnaie" d'un binôme de vendeurs de légumes maghrébins, qui espèrent après discussion, que je ne vais pas jouer trop fort ma "lambada".

  Je leur ai vite pardonné leur méconnaissance du répertoire brésilien, en particulier quand ils sont intervenus pour faire déguerpir un grand balaise aviné aux yeux injectés de sang, qui m'agressait verbalement depuis 2 minutes, tapant violemment dans un mur à coté de moi, allant même jusqu'à beugler "tu pues du cul" dans mon micro ("heu... bein ... toi même ?" :-| non, en fait je ne la menais pas large !). Hé oui, j'avais oublié : Châtelet plus qu'ailleurs, c'est aussi le temple des zonards et des paumés, et je ne compte pas le nombre de ceux qui se sont arrêtés à 50cm de moi pour m'observer, l'oeil hagard, sans doute illuminés par la magie de cette douce musique venue d'ailleurs.

  Heureusement, il y a aussi les petits mots sympas, glissés à la va-vite, un "merci" comme ça en passant, souvent des "bravo" en laissant une pièce, les sourires amusés, amicaux, tout ce qui fait que ça donne envie d'y retourner encore, et avec la banane !

  Alors donc, le bilan : 24€ en 3 heures... mouhais, pas si mal : ça reste proche de ma moyenne actuelle, et il n'y a ni vent, ni bruit de train. J'y retourne demain !

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 29 novembre 2007

Jour 7 : Dur metier !

Retour à Châtelet, un peu à reculons au départ, car la fatigue se fait sentir, je ne commence donc à jouer que vers 17h30, 1h plus tard que d'habitude.

  En effet, gratter, chanter pendant 3 heures quasi non-stop, et transporter du matériel dans les longs couloirs du métro, c'est finalement assez épuisant physiquement ! Au troisième jour d'affilée, la fatigue est assez proche de celle d'une bonne journée de ski, et détail amusant, la tenue aussi, puisque pour supporter les températures hivernales en position statique, même dans "chaleur" du métro, c'est sous pull à col roulé, double-paire de chaussettes, et survet-under-the-jean ! (pas trés classe, mais invisible...)

  Merci à Coachola pour les deux vidéos capturées le 27/11 et incrustées en J-6 et J-7 ; les plus observateurs remarqueront dans celle-ci (à 2min04'), le grand brun qui me laisse un billet de 5€ en chuchotant "sou brasileiro" ("je suis brésilien") ... instant de grâce ...

  Chanter fatigue le corps, et la fatigue du corps fatigue la voix, un véritable cercle vicieux dont je préfère m'extraire au bout de 2 heures, et après avoir douloureusement constaté que j'avais perdu une octave dans les aigus ! Bilan 19€ ... ça revient dans la moyenne, mais on doit pouvoir faire mieux.

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 4 décembre 2007

Jour 8 : Excursion à l’étoile

Aujourd'hui je tente un nouvel emplacement, toujours à la recherche des conditions "idéales", à savoir :
- fort débit de voyageurs
- de la place pour m'installer sans trop gêner le passage
- le moins bruyant possible, donc pas trop prés des quais
- le plus chaud possible

Station "Charles de Gaulle – Étoile", sortie de la ligne 1
  Je trouve un T de couloirs qui réunit déjà les 3 premières conditions, et prend place dos au mur, face au débit. L'idée paraît sympa, bon passage, bonne place, mais léger vent frais... qui devient rapidement glacial à mesure que les minutes passent ! Ma main gauche est déjà engourdie au bout d'une demi-heure, mais je persiste afin de tester ces conditions extrêmes sur la durée. J'arrive à tenir environ 2h45, car finalement, quand on ne sent plus ses doigts, ça fait même plus mal... juste que les  notes sont un peu moins précises. Bilan : 19€ . Correct mais pas si top pour un "quartier chic".

  Pas d'évènement particulier pendant cette session, les dons ont été assez réguliers, les encouragements aussi, c'était même plutôt sympa, mises à part des conditions climatiques vraiment trop rudes.
  Musicien du métro en décembre, ce sont tous les effets du ski, sans coups de soleil et sans sortir de Paris !

Mouhais... on va quand même chercher autre chose pour demain.

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 5 décembre 2007

Jour 9 : Bingo !?

  Après une grande réflexion sur la journée précédente, je décide de rendre le paramètre "le + chaud possible" prioritaire, pour deux raisons :
- jouer dans le froid, les doigts gourds, ne procure aucun plaisir
- le froid semble accélérer et intensifier l'envie d'uriner, ce que je ne peux me permettre sans perdre 20/30 minutes (remballage, marcher avec le matos, trouver un café en surface, re-déballage)

 

Station "Concorde", prés de la ligne 1
  Encore une nouvelle station donc, toujours à la recherche du coin idéal où je pourrais me poser pendant quelques jours, et tester d'autres paramètres comme la fidélisation, ou l'influence du jour de semaine, des heures etc...
  Heureuse surprise, les dons sont réguliers et semblent assez élevés (bon taux de pièces bicolores, ce que je ne manque jamais d'observer d'un oeil discret) avec même 2 billets de 5€ ! Au bout de 2h15, le total est de ... 35€ !!!! mon meilleur score !!!
  Serait-ce l'endroit idéal ?? Bon, je suis un peu prés des quais, et le bruit incessant des rames est parfois gênant, mais il fait chaud et le passage est continu. En fait, je n'ai eu qu'à souffrir des messages informatifs RATP au sujet des dates et points de vente de la carte orange. Grrr... toutes les dix minutes, ça devient un peu saoulant , pour moi, mais aussi pour les gens puisque, quand je chante en même temps, l'ambiance sonore devient un brouhaha désagréable lisible sur certains visages.

 

  Au final, plutôt pas mal comme emplacement ! J'ai compté 2h15, mais en fait, j'ai joué 2h45. Je ne compte pas la dernière demi-heure où les gens ne donnaient plus, et semblaient même parfois perdus...? je n'ai compris le problème qu'en prêtant une oreille plus attentive aux messages informatifs dont la fréquence était devenue très pénible, et pour cause : colis piégé à Franklin-Roosevelt, ligne 1 bloquée jusqu'à concorde ! Depuis 30 minutes, les voyageurs, moins nombreux,  étaient préoccupés par cet imprévu, et l'expérience post-grèves m'a montré que la musique du métro ne touche que les voyageurs sereins.

 

Demain, même endroit !

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 6 décembre 2007

Jour 10 : Marche à l'ombre !

C'était trop beau...
   En arrivant hier dans le long couloir de la station concorde, j'avais pris soin de me mettre à une bonne distance du joueur de cor qui répétait inlassablement l'Avé Maria sur une bande orchestre. Pas assez loin à son goût, puisqu'il est venu me voir aujourd'hui pour m'expliquer que c'était "pas gentil" de m'installer là, puisque lui m'entendait très bien, qu'ils sont plusieurs comme lui à venir vers 6h00 du matin (!!) pour réserver leur créneau de la journée, et que ce système existait depuis de nombreuses années...

marche-a-lombre-700x450

en gros, je venais perturber un biz rentable et bien établi !! Glups, c'était donc trop beau pour être vrai ; j'imaginais bien que les coins-qui-marchent seraient aussi les plus prisés, mais pas au point d'y revivre une scène digne du film "Marche à l'ombre" (Michel Blanc, Gerad Lanvin, mais aussi sur cette photo, Patriiiiick Bruel !).

  "Je m'en vais comme un prince"... et me replie sur mon Plan B Palais-royal, pour y retrouver mon taux habituel : une vingtaine d'euros en 2 heures. A vrai dire, je me demande presque comment, car j'ai déroulé mes chansons sans aucune conviction, ruminant l'événement de la journée avec amertume et déception.

  Comme un signe du destin, voilà que surgit Tim, mon saxophoniste Anglais (voir jour 5), qui me voit et sourit en m'annonçant qu'il a bien reçu mon mail. Lui est plutôt en galère : une des touches de son sax vient de lâcher, et le voici au chômage technique avec 600 € de réparations sur le dos ! Je lui raconte, moi aussi, ma mésaventure, et lui demande s'il n'a pas une idée de bon plan, sachant que nous ne sommes pas en concurrence puisqu'il n'est pas accrédité. Il me recommande Hotel-de-ville, "jamais occupée" d'après lui.
-"mais y du monde qui passe ?"
-"oui"
-"ok, j'irai voir demain"

  Je disais 'comme un signe du destin' car, au moment où j'écris ces lignes, la journée de demain est passée (;-) et l'info s'est révélée excellente...

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 7 décembre 2007

Jour 11 : Pétage de Hi-score

Il avait raison l'ami Tim !
   Arrivé à Hotel-de-ville, je sors de la ligne 1 en suivant la plus grosse artère qui mène à la 11. A première vue, pas tellement de monde... dubitatif, je continue jusqu'à entendre le son d'un accordéon, arg. En passant devant l'emplacement, j'en observe discrètement les données techniques : angle de deux très longs couloirs, peu de bruit, espace de jeu suffisant, débit faible, mais fluide et constant, ce qui constitue finalement une condition idéale : pas de temps mort, mais pas de bousculade symbolcomme à Châtelet ; les gens déambulent dans les deux sens, à des vitesses différentes, sans véritable stress, et ont le temps d'entendre une bonne minute de musique avant de dépasser le manchard. Ils ont donc aussi le temps d'apprécier sa musique, et de réfléchir à la grande question : "J'y donne ou j'y donne pas ?"

   Celui là a l'air un peu clodo et joue les classiques à touristes... je continue au ralenti, et soudain en me retournant, miracle de coïncidence, il est obligé de s'arrêter par trois agents de sécurité qui brandissent un carnet d'amendes, en le menaçant de moins d'indulgence s'ils le croisent à nouveau. Je reviens alors sur mes pas pour demander innocemment à l'un des agents s'il est possible de jouer ici, "pas de problème si vous êtes accrédité", et mon intuition se confirme, l'accordéoniste est un non-officiel.
   Pas très fier de prendre sa place de force (en même temps, qu'y puis-je ?), me voici en train de jouer, et en 10 minutes à peine, la décevante impression de départ quant à la faiblesse du débit, fait vite place à la joie de voir les gens donner de façon quasi constante :-)

... et le score est de ... 46€ en 3 heures !!! inclus, un billet de 10 et un de 5 ! C'est du délire, pourvu que ça ne soit pas trop squatté !

   Bon, il y a juste un bémol : aujourd'hui, il faisait plutôt chaud, et les quelques rares bourrasques que j'ai eu à subir l'étaient aussi, qu'en sera-t-il un jour à -10° ? Autre petit inconvénient, je suis très isolé (loin de tout guichet) donc très vulnérable, d'autant plus avec l'encombrement de mon matériel, et bien qu'aucun des deux couloirs ne soit jamais vide, c'est un peu inquiétant en cas d'embrouille (cf. Jour-6).

Posté par supertonin à 23:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]